Hans im Glück, Bertolt Brecht


Schon seit vielen Jahren spielt das Ton und Kirschen Theater mit dem Gedanken, eine Bühnenfassung von einem Märchen der Brüder Grimm zu machen. Wir dachten unter anderem an das Märchen „HANS IM GLÜCK“. Auf unserer letztjährigen Tournee in Frankreich begegneten wir einem Dramatiker, der uns mitteilte, dass dieses Märchen Bertolt Brecht als Vorlage für sein erstes Stück diente (von Ende 1919 bis Mitte 1920).

Brecht war damals 21 Jahre alt. Diese Information regte uns an, auf die Suche seines Manuskripts zu gehen. Brecht brachte HANS IM GLÜCK nicht in eine endgültige Form und Szenenfolge und das Fragment war lange in den Archiven verschwunden. Nun konnten wir durch die Anregung in Frankreich auf seine Spuren kommen und sind von seinem Inhalt begeistert. Das Stück scheint, für uns geschrieben zu sein. Brecht übernahm von dem Märchen HANS IM GLÜCK die reigenartige Struktur, die Hans von einem Tausch zum andern führt. Von den ursprünglichen Tauschobjekten behielt er nur die Gans bei. Hans will in dieser Welt nicht vor allem Geld verdienen, sondern glücklich werden.

Die Szenenfolge des Stückes ist wie ein vorgetragenes Lied über ein schreckliches und rührendes Ereignis des Leichterwerdens, bei dem Hans zum Schluss sein nacktes Leben hingibt. Brechts Fragment HANS IM GLÜCK gibt unserer Theatergruppe Anregung, mit all ihren künstlerischen und handwerklichen Fähigkeiten, ein poetisch beschwingtes Theaterstück zu entwickeln, das unter freiem Himmel oder in Sälen für ein vielschichtiges Publikum gespielt werden kann.

Berthold Brecht schreibt als 22jähriger: „Mitunter überfällt es mich, dass meine Arbeiten vielleicht zu primitiv und altmodisch seien oder plump und zuwenig kühn. Ich suche herum nach neuen Formen und experimentiere mit meinem Gefühl wie die Jüngsten. Aber dann komme ich doch immer wieder drauf, daß das Wesen der Kunst Einfachheit, Größe und Empfindung ist und das Wesen ihrer Form Kühle.“

INSZENIERUNG:

Margarete Biereye und David Johnston

DARSTELLER:

  • Margarete Biereye: Karussellweib, Magd
  • Regis Gergouin: Chor
  • Richard Henschel: Der Herr Feili, Bursche
  • David Johnston: Der Freund
  • Rob Wyn Jones: Hans
  • Nelson Leon: Marionettenspieler, Bursche
  • Daisy Watkiss: Marionettenspielerin
  • Polina Borissova: Hanne, Mädchen

BÜHNENBILD UND LICHT:

Daisy Watkiss

KONSTRUKTIONEN:

  • Regis Gergouin
  • Nelson Leon
  • Daisy Watkiss

MARIONETTEN::

  • Nelson Leon
  • Daisy Watkiss

KOMPOSITIONEN:

David Johnston

GASTSPIELMANAGEMENT:

Catherine Launay

Das Ton und Kirschen Theater bedankt sich für die Förderung beim Ministerium für Wissenschaft, Forschung und Kultur des Landes Brandenburg und beim Kulturamt des Landkreises Potsdam-Mittelmark.

Pressestimmen:

Potsdamer Neueste Nachrichten,

Kultour, „Sind alle schlecht, so will er gut sein“, 07.08.2013, von Gerold Paul

„(...)Bertolt Brecht adaptierte diese Geschichte um 1920 auf seine eigene Weise, das Glindower Wandertheater „Ton & Kirschen“schuf daraus ein neunzigminütiges Bühnenspektakel, das am Freitag in Templin zur Premiere kam. Die Folgeaufführung am Sonntag open-air an der Regatta-Strecke in Werder zog Besucher gleich scharenweise an. Margarete Biereye und David Johnston hatten ja, ganz im Sinne von Brecht, ein für Aug und Ohr und sonstige Sinne gleichermaßen attraktives Kunstwerk erschaffen, klar, erst kommt das Fressen, dann kommt die Moral!(...) (...)„Ton und Kirschen“inszenierte das Brechtsche Fragment als lakonisch-alertes Melodram mit viel Musik und mancherlei Sensationen, die bis zum szenisch gestalteten Bühnenumbau reichen, aber solche Extras sind ja längst ein Markenzeichen der internationalen Truppe. Wer nicht direkt am Stationenspiel beteiligt war, trug als Bühnenarbeiter historische Armee-Uniform. Die Darsteller selbst übernahmen verschiedene Rollen, als Schnurrhähne, Nepper oder Hansen-Täuscher, Ganoven allesamt. (...) (...)Eine große Parabel über Geben und Nehmen, Sein oder Haben – im Geiste rechtisch, in der Spielweise heiter, im Ausdruck stark, in der Aussage gelegentlich weise – was will man mehr beim Open-Air der Marke „Ton & Kirschen!“

Potsdamer Neueste Nachrichten,

Kultur in Potsdam, 06.05.2013, von Asrid Priebs-

Tröger ‚Lange Nacht der freien Theater, Tierisch rund‘:

(...) Dabei haben die meisten Besucher sicher die internationale Wandertheatertruppe „Ton und Kirschen“auf dem Plan. Die multikulturelle Truppe um Margarete Biereye und David Johnston machte am Samstagabend ihrem Ruf wiederum alle Ehre. Der oft als trist verschriene Schirrhof verwandelte sich im Nu in einen Platz voller poetischer Jahrmarktsatmosphäre. Vier Männer setzten einen Pfahl ins Pflaster, von dessen Spitze vier Lichterketten ausgingen und fertig war die Illusion von Zirkus. Mittels einer riesigen eisernen zweirädrigen Achse wurde dann noch ein Karussell simuliert und die von der Glindower Gruppe ausgegrabene frühe Brecht-Geschichte „Hans im Glück“nahm ihren Lauf. Und obwohl die Truppe erst wenige Wochen daran probt, hatte man das Gefühl, schon mitten in einer melancholischverrückten Geschichte angekommen zu sein. Dazu trug die situationsmalend eingesetzte Musik – von Klezmer, über Flamenco bis hin zum Rock ’n’ Roll – bei und die Präsenz der wunderbaren Schauspieler, allen voran Margarete Biereye und Rob Wyn Jones, bei, denen diese Geschichte über Gewinn und Verlust auf den Leib geschrieben zu sein scheint. Sie kommt Anfang August in Templin zur Premiere. (...)

Kritik Radio Eins „Hans im Glück“

HANS IM GLÜCK (B. Brecht) from wirksam45 on Vimeo.

JEAN LA CHANCE de Bertolt Brecht

Théâtre itinérant „Ton und Kirschen“, Janvier 2013

Cela faisait des années que le théâtre itinérant, „Ton und Kirschen“, souhaitait monter une pièce en s’inspirant d’un conte des frères Grimm. „Nous avons pensé, entre autres, à JEAN LA CHANCE. Lors de notre récente tournée en France, nous avons rencontré un dramaturge qui nous a confié que ce conte avait servi de modèle à Bertolt Brecht pour rédiger sa première oeuvre (de fin 1919 à l’été 1920). À l’époque, Brecht n’avait que vingt ans. Cette nouvelle nous a donné envie de partir à la recherche de son manuscrit.“

Brecht n’acheva jamais son oeuvre JEAN LA CHANCE. Il la rangea au fond d'un tiroir, avant de noter dans son journal : „Jean la Chance raté, oeuf à moitié pourri.“ Cette esquisse avait disparu depuis longtemps au fin fond des archives du Berliner Ensemble. Euphorisés par notre découverte en France, nous sommes finalement parvenus à retrouver sa trace et avons été conquis par son contenu. Cette pièce semble avoir été écrite pour nous, même la distribution des rôles nous correspond parfaitement.

Brecht a repris la structure du conte JEAN LA CHANCE qui, telle une ronde, entraîne Jean d’un troc à un autre. De tous ses échanges, il ne gardera que son oie. Jean ne cherche pas à gagner de l’argent au sein de ce monde, il veut juste être heureux. Les scènes successives du spectacle s’apparentent à un chant évoquant le processus aussi effroyable qu’émouvant du dénuement, qui pousse Jean à sacrifier la seule chose qui lui reste : la vie. Sa femme, séduite par un visiteur de passage, le quitte et lui confie la ferme. Jean troquera celle-ci contre deux charrettes qui représentent pour lui la liberté. Il offre l’une d’entre elles à un ami et échange l’autre contre un carrousel qui est pour lui synonyme de joie.

L’esquisse de Brecht, JEAN LA CHANCE, a donné envie à notre troupe de théâtre de faire appel à son savoir-faire artistique et artisanal afin de créer une pièce entraînante et empreinte de poésie. Un spectacle qui peut être joué en plein air ou dans une salle devant un public varié.

À 22 ans, Bertolt Brecht écrit :

„Parfois, j’ai l’impression que mes travaux sont trop primitifs et désuets, voire lourds et trop peu audacieux. Je cherche autour de moi de nouvelles formes et teste mes émotions, comme le font les jeunes. Mais je finis toujours par constater que l’es - sence de l’art c’est la simplicité, la grandeur et l’émotion et que l’essence de sa forme, c’est la sobriété.“

A la recherche du bonheur, août 2016, par Jan Handelmann.

Bielefeld - La troupe de théâtre itinérant „Ton und Kirschen “ a attiré une foule de spectateurs vendredi soir, sur la Klosterplatz. Le public était venu y découvrir „Jean la Chance “, une pièce joyeuse mêlant théâtre, musique et danse et dont le personnage principal est un homme qui souhaite juste trouver le bonheur..

La pièce commence par un coup de sifflet strident, suivi d’une ballade musicale : neuf comédiens originaires de six pays différents montent sur les planches pour présenter une œuvre que Bertolt Brecht, durant sa jeunesse, n’aura jamais achevée. Avec „Ton und Kirschen “, il ne faut jamais s’attendre à voir une pièce de théâtre traditionnelle en plein air. Le travail de cette troupe itiné- rante a un charme bien particulier. Grâce à leur mise en scène agrémentée de marionnettes, de masques et autres accessoires très recherchés, les comédiens sont même parvenus à capter l’attention de tous les badauds qui passaient là par hasard et n’ont finalement plus réussi à décoller les yeux du spectacle. Le service culturel de la ville avait mis à cette occasion environ 300 bancs à disposition du public. Cela n’a pourtant pas suffi à accueillir la foule immense : plus de six cents spectateurs ont dû rester debout ou s’installer sur des couvertures apportées par leurs soins. La météo était plus ou moins clémente ce soir-là, mais le public, totalement captivé par la pièce énergique et variée, n’y a néanmoins presque plus prêté attention..

Rob Wyn Jones, qui incarne le rôle de Jean, n’aspire qu’à une chose : être heureux. Il devient provisoirement propriétaire d’un manège et entame alors une ronde infernale dans un décor coloré, bringuebalé entre une caravane, un cheval de bois, une baignoire, des lumières multicolores et une bonne dose de musique..

Une mise en scène très libre, dans laquelle les comédiens invitent de bon cœur le public à participer : lors d’un changement de décor entre deux scènes, un des protagonistes n’hésita pas à emprunter le verre de vin d’un des spectateurs. En échange, le comédien lui offrit un bout de bois en guise de remerciement. „Ton und Kirschen “ sait parfaitement manier l’humour et le rythme pour enthousiasmer le public. Depuis 1992, la troupe sillonne chaque année l’Allemagne et pré- sente ses œuvres dans des lieux historiques, des villages ou même des champs. Les membres du groupe sont originaires d’Allemagne, d’Angleterre, du Pays de Galles, de France, de Russie et de Colombie. Cette représentation a eu lieu dans le cadre du festival de théâtre d’été de Bielefeld. .

Journal de bord d'une accro, juillet 2014, par Édtih Rappoport.

journaldebordduneaccro.wordpress.com.

„Jean la chance “, première pièce du jeune Brecht qui avait 20 ans en 1919, inspirée d’un conte de Grimm, avait été longtemps oubliée. Il l’avait rangée au fond d’un tiroir avant de noter dans son journal „Jean La chance raté, oeuf à moitié pourri ! “. Pas pour tout le monde (...) „Ton und Kirschen “ qui souhaitait depuis longtemps monter un conte de Grimm, a réalisé le plus beau spectacle de cette Belle Rouge (festival à Saint-Amant-Roche-Savine), autour d’une petite caravane démontable, d’un mât étoilé de guirlandes lumineuses. Jean la chance vit avec sa femme dans sa ferme, il peine à la tâche, sa femme le quitte pour des étrangers de passage. Il accepte tous les trocs qu’on lui propose avec une bonne humeur déconcertante : sa ferme contre deux charrettes, ses charrettes contre le carrousel d’un manège, son carrousel contre une oie, et son oie contre la préservation de sa vie.

Autour de David Johnston et Margarethe Biereye, les six comédiens de la troupe manipulent un poétique dispositif forain avec une aisance stupéfiante, sur les flancs herbus d’une petite colline surplombant le village. Ce Hans im Glück est un ancêtre rural de „Schweyck dans la deuxième guerre mondiale “. On se régale pendant une heure et demie de l’humour jamais désespéré de ce Jean la chance dépouillé comme Job, de tout ce qu’il possédait.

Margarethe Biereye dirige avec David Johnston, cette troupe de théâtre itinérant basée depuis 1992 aux abords de l’ancien Berlin Est. Ils ont longtemps fait partie du Footsbarn Travelling Theatre, désormais basé à Hérisson.

Jean la chance de Ton und Kirschen fait partie des douze meilleurs spectacles parmi les 240 vus par la journaliste Edith Rappoport en 2014

Junge Welt, août 2014, par Gerd Bedszent

Un spectacle qui mérite toute notre attention

La troupe de théâtre „Ton und Kirschen “ est en tournée dans l’est de l’Allemagne pour présenter la pièce inachevée de Bertolt Brecht, „Jean la Chance “

Bertolt Brecht n’a-t-il plus son mot à dire ? C’est ce que la rubrique culturelle de la presse bourgeoise allemande entend nous faire croire. Les pièces moralisatrices sont désuètes, leur grand maî- tre à penser est un has been et le monde est et restera inexplicable. Loin de se laisser impressionner par de tels propos réactionnaires en vogue, la troupe de théâtre itinérant multinationale „Ton und Kirschen “, établie dans l’ouest du Brandebourg, sillonne actuellement l’Allemagne de l’Est pour y présenter l’œuvre inachevée de Bertolt Brecht „Jean la Chance “ (1919) Cela fait longtemps que la troupe n’attire plus seulement un public d’initiés. Cette fois, les comé- diens se sont attelés au tout premier essai dramatique de Bertolt Brecht. Le dramaturge allemand alors âgé de 21 ans tenta de transposer le fameux conte des frères Grimm dans son époque. De l’intrigue originale, il ne conservera que le personnage principal, Jean, un paysan on ne peut plus débonnaire et candide, contraint de quitter sa vie champêtre abêtissante pour une jungle urbaine colorée et fascinante. Un homme cherchant vainement à se faire des amis et qui perdra peu à peu tout ce qu’il possède : sa femme, sa ferme, sa charrette, son cheval, son manteau, jusqu’à sa propre existence. Mais à aucun moment, le personnage ne remarque qu’il est constamment exploité et berné par les autres : „Il m’arrive de me dire que les gens ne sont pas humains. (…) Mais j’ai envie d’être humain, moi. “

Le terme de „capitalisme “ n’est jamais prononcé dans cette œuvre de jeunesse de Brecht. Et pourtant, c’est bien de cela qu’il s’agit. L’idée d’une société inhumaine, bannissant tout acte humaniste au risque de courir à sa perte, a tourmenté Brecht dès son plus jeune âge. Un thème qu’il traitera à nouveau dans des ouvrages ultérieurs, tels que „Sainte Jeanne des abattoirs “, „La bonne âme du Se-Tchouan “ ou encore „Maître Puntila et son valet Matti “. Ce thème précurseur tournant autour du personnage de Jean est pris au sérieux par la troupe „Ton und Kirschen “ : aucune raillerie post-moderne ne figure dans la pièce. La troupe reste fidèle au texte original en l’illustrant d’images terriblement justes sur le plan scénographique et savamment étudiées, à la limite du réel et de l’irréel. Un théâtre sauvage, turbulent et complet.

C’est certainement l’art de combiner tous les éléments scéniques possibles et imaginables de manière convaincante, déterminée et joviale à la fois qui fait la marque de fabrique de „Ton und Kirschen “ : marionnettes, mimes, musique en live, orgies de lumières de foire et surtout, un jeu théâtral exceptionnel. Sept comédiens dont la plupart jouent différents rôles, tous interprétés de manière précise, puissante et hautement satyrique. L’un d’entre eux n’est autre que Jean, un brave type au début de la pièce dont le destin se soldera par une chute aussi tragique que bornée, méritant aussi bien notre réprobation que notre empathie. L’interprète principal, Rob Wyn Jones, réussit avec brio à mettre son personnage, pourtant d’une grande naïveté, à la portée du public, sans pour autant blâmer sa crédulité. Avec lui, on passe d’une atmosphère joyeuse à un sérieux amer, malgré le lyrisme des descriptions de la nature rédigées par le jeune Brecht. Le tout donnant un théâtre grandiose, exactement comme il se doit.

La pièce ne comporte aucune fin concrète. Brecht en rédigea six variantes sans jamais réussir à se décider, avant de ranger son texte au fond d’un tiroir. Une œuvre „ratée, un œuf à moitié pourri “ inscrivit-t-il, furieux, dans son journal.

À l’aide des écrits de l’auteur, la troupe de théâtre itinérant du Brandebourg a pris le parti de conclure la pièce en laissant Jean gisant au sol, la peau grise, un oiseau rouge s’envolant au loin. Qui sait si Brecht aurait approuvé cette version ? Etant donné la situation actuelle dans le monde, je dirais : mais bien sûr que oui !

Potsdamer Neueste Nachrichten, août 2014, par Sahra Kugler

Depuis la nuit des temps, l’homme cherche à donner un sens à sa vie. Bien souvent, il doit sonder au plus profond de lui-même pour y trouver l’origine de son être, de ses désirs, de ses rêves et de ses objectifs. Plus notre époque se modernise et accélère la cadence, plus les moments de calme nous deviennent indispensables. De brefs instants de bonheur permettant d’échapper au stress du quotidien, de miniscules havres de paix auxquels s’agripper et qui donnent la force d’avancer. Mais à quoi ressemblent réellement ces havres de paix ? Et sont-ils accessibles à tous ? Autant de questions que la troupe „Ton und Kirschen “ traite dasn sa mise en scène de „Jean la chance “.

Potsdamer Neueste Nachrichten, août 2014, par Oliver Dietrich

La troupe „Ton und Kirschen “ pimente sa mise en scène de détails croustillants : lorsque Jean, par instinct de survie, accepte de tromper sa femme avec la propriétaire du carroussel, la scène érotique est jouée par des marionnettes pour montrer au spectateur ce qui ne peut pas être montré explicitement.

Magazine Zitty Berlin, octobre 2013

Celui qui voyage beaucoup, apprend beaucoup. Lors d’un séjour en France, la troupe de théâtre itinérante „Ton und Kirschen “ a retrouvé la trace d’une esquisse de Bertolt Brecht, inspirée du conte „Jean la Chance “. Brecht lui-même considérait cette ébauche comme un échec et la qualifia „d’oeuf à moitié pourri “ dans son journal. La troupe est pourtant parvenue à débarrasser cette oeuvre de sa „pourriture “ grâce à un spectacle de théâtre d’images remarquable. La pièce met en scène Jean, personnage en quête de bonheur, ballotté d’un troc à l’autre jusqu’à ce que la seule chose qui lui reste soit la vie.

Theatercheck sur Radio eins

Émission „La belle matinée “, octobre 2013

„Ton und Kirschen “, c’est le joli nom d'une troupe de théâtre itinérant qui parcourt le monde depuis vingt ans. Elle ne se déplace toutefois pas en roulotte, comme autrefois, mais avec un joli camion de 7,5 tonnes qui abrite tous ses costumes, ses guirlandes lumineuses, ses éléments de décor, ses marionnettes, une oie mécanique et des bancs pour le public.

En ce moment, son camion est stationné devant la Fabrik de Potsdam, où la troupe jouera deux week-ends „Jean la Chance “ de Bertolt Brecht.

Sebastian Voigt a assisté au spectacle.

L’histoire, tous les enfants la connaissent. Il s’agit du conte des frères Grimm „Jean la Chance “ revisité par Brecht. Jean échange sa maison contre une charrette, puis sa charrette contre un carrousel en piteux état. Il troque, troque et troque encore jusqu’à ce qu’il ne lui reste plus rien parce qu’il se fait toujours avoir dans les négociations. Et bien qu’il ne cesse de faire de mauvaises rencontres, Jean reste débonnaire et naif comme un enfant.

La mise en scène est toujours en mouvement et riche en détails. Une chaise, une petite table et un mur orné d’une nature morte représentant un pot de fleurs : voilà à quoi se résume la maison de Jean. Le changement de décor s’effectue au sein même des scènes et fait partie du jeu. Jean perd sa maison après s’être laissé embobiner par des escrocs qui lui retirent immédiatement sa chaise. Tandis qu’ils emportent avec eux le panneau qui faisait office de mur, Jean pousse sa nouvelle charrette vers le milieu de la scène. Un univers vivant qui captive l’attention du public. Les comédiens forment une véritable troupe autodidacte dont les deux chefs de file, Margarete Biereye et David Johnston ainsi que leurs six compagnons de route se glissent dans des rôles divers et variés. Un jour, voleur de chevaux, un autre, commerçant ou foraine, les comédiens sont aussi metteurs en scène, compositeurs, décorateurs, éclairagistes et ils fabriquent eux-mêmes leurs marionnettes.

La scène du soir est une scène d’amour. Hans rejoint la foraine dans sa caravane. Soudain, deux marionnettes apparaissent dans une lumière tamisée et la caravane se transforme en une scène sur la scène. Lorsque les deux amants disparaissent sous la couverture surgit une autre marionnette : un musicien Soul noir, célébrant leur union à l’aide d’un numéro de Soul sexy et de quelques mouvements de hanches explicites.

Le public était varié : des fans de théâtre itinérant de longue date, des familles ou encore des visiteurs qui souhaitaient profiter des derniers rayons du soleil et qui se laissèrent finalement envoû- ter par la pièce. À l’issue du spectacle, au lieu de prendre la fuite, le public, piqué de curiosité, s’approche d’un peu plus près pour admirer le décor et les accessoires.

La durée du spectacle est de 90 minutes sans entracte. Le timing parfait. Une pièce divertissante et variée.

Notre avis : à voir absolument ! La pièce „Jean la Chance “ nous a convaincus avec ses idées sensationnelles, son charme et son mélange d’humour et de mélancolie. En quittant les lieux, il ne reste plus aux spectateurs qu’à méditer sur la morale d’un conte des frères Grimm ou plutôt sur celle d’une pièce de Brecht dans laquelle l’homme simple et généreux s’avère au bout du compte être le dernier des idiots.

Blog „theater-nachtgedanken “, août 2013, par Stefan Bock.

„Ton und Kirschen “ joue „Jean la Chance “ sous forme de rondes. Une danse entraînante entre la vie et la mort, dépourvue de toute morale brechtienne, mais empreinte d’humour. Tous les comédiens jouent ici une pièce de théâtre vivante, toujours en mouvement. Un „Perpetuum Mobile “, tel que s’intitule justement l’une des pièces les plus populaires de la troupe. Même en dehors des planches, les comédiens consacrent tout leur temps au théâtre. Un théâtre pour tous, pas seulement destiné à un public élitiste, comme le définissent les créateurs de la pièce euxmêmes. La rencontre entre le théâtre itinérant „Ton und Kirschen “ et l’oeuvre du jeune et encore populaire Brecht était courue d’avance. Une union féconde à laquelle il fallait absolument donner suite.

Kiebitz, août 2013

La pièce „Jean la Chance “ fait bien sûr beaucoup rire, mais on ne peut pas non plus s’empêcher d’être d’abord consterné, puis de penser au personnage de Hans, qui est l’artisan de son propre malheur. Une pièce jouée très certainement comme Brecht l’aurait souhaité.

Potsdamer Neueste Nachrichten, Culture à Potsdam, août 2013, par Gerold Paul.

Une grande parabole sur le fait de donner ou recevoir, d’être ou avoir - un esprit de justice, un jeu des comédiens léger, une expression frappante..

TON UND KIRSCHEN WANDERTHEATER

„Ton und Kirschen “ est une troupe de théâtre itinérant créée par des anciens de „Footsbarn Travelling Theatre “ en 1990 en Allemagne de l’Est juste après la réunification du pays. Depuis sa fondation, le groupe a parcouru le monde et joué pour un public populaire, large et varié. Sur les routes, la troupe s’est enrichie d’artistes venant des quatre coins de la planète : les acteurs travaillant actuellement avec Ton und Kirschen viennent d’Allemagne, d’Angleterre, de France, de Colombie et de Russie. Cette diversité culturelle imprégne leur travail théâtral et lui donne sa couleur unique..

La troupe „Ton und Kirschen “ est soutenue par le Ministère de la Science, de la Recherche et de la Culture du Land de Brandenbourg et le Service culturel de Potsdam Mittelmark. „Ton und Kirschen “ a reçu le prix pour le théâtre de l'Académie des Arts de Berlin en 1998..

PRODUCTIONS

Le bossu de Mille et une nuit (1992), Woyzeck de Georg Büchner (1993), Arlequin, Valet de deux maîtres de Carlo Goldoni (1994), Don Quichotte d’après Miguel Cervantes (1995), Pyrame et Thisbe d’après Ovide (1996), La Cerisaie de Anton Tchekov (1997), Docteur Faustus de Christopher Marlowe (1999), Le Golem d’après Gustav Meyrink (2000), Les bacchantes d’Euripide (2002), Middle of the Moment (2004), L’Oiseau bleu de Maurice Maeterlinck (2005), Hamlet de William Shakespeare (2006), Perpetuum mobile (2008), Ubu Roi d’Alfred Jarry (2009), La luna, luna pour Federico Garcia Lorca (2011), Jean la chance de Bertolt Brecht (2013), Coeur de chien de Mikhaïl Boulgakov (2014), Les sonnets de Shakespeare (2015), Bartleby le scribe d’après Herman Melville (2016).

HANS IN LUCK by Bertolt Brecht

Ton und Kirschen Wandertheater, January 2013

For some years now, the Ton and Kirschen theatre has been toying with the idea of performing a play based on a fairy tale by the Brothers Grimm. One of the tales we considered was „HANS IN LUCK“. During our tour in France this year, we met a playwright who told us that this fairy tale served as a model for Bertolt Brecht’s first drama (from the end of 1919 to the middle of 1920). Brecht was 20 years old at the time.

This information prompted us to go in search of his manuscript. Brecht did not complete the form or scenes for HANS IN LUCK and buried it at the back of his desk drawer, noting: „Hans in Luck has failed; an egg that partially stinks“.

The fragment disappeared from the archives for a long time. Thanks to what we learned in France, we were able track it down and were excited about its content. The play appeared to be written for us; even the casting was perfect for our theatre.

Brecht adopted the peculiar structure of the eponymous fairy tale, which takes Hans from one exchange to another. Of the exchanged objects, he retained only the goose. More than anything else in this world, Hans does not want money, but rather happiness. The series of scenes in the play are like a song about the terrible and touching event of becoming lighter until at the end Hans ultimately sacrifices his bare life. Seduced by a traveller, his wife leaves and gives him the farm. Hans exchanges it for two carts that mean freedom for him. He gives a friend one cart out of friendship, exchanging the other for a carousel which means joy to him.

Brecht’s fragment of HANS IN LUCK inspired our theatre group to exert all their artistic and artisanal talent to create a poetically buoyant play that can be performed open-air or in the theatre for a diverse audience.

Bertolt Brecht writes as a 22-year-old:

„Sometimes I’m overcome by the thought that my work is maybe too primitive and old-fashioned or clumsy and not bold enough. I look around for new forms and experiment with my feelings like young boys. But then I keep returning to the idea that the essence of art is simplicity, magni - tude and perception, and the essence of their form is coolness“.

Zuletzt aktualisiert: 02.12.2018

zurück

Galerie


Hans im Glück, Bertolt Brecht

Anschauen

Hans im Glück, Bertolt Brecht

Anschauen

Hans im Glück, Bertolt Brecht

Anschauen

Hans im Glück, Bertolt Brecht

Anschauen

Hans im Glück, Bertolt Brecht

Anschauen

Hans im Glück, Bertolt Brecht

Anschauen

Hans im Glück, Bertolt Brecht

Anschauen

Hans im Glück, Bertolt Brecht

Anschauen

Hans im Glück, Bertolt Brecht

Anschauen

Hans im Glück, Bertolt Brecht

Anschauen

Hans im Glück, Bertolt Brecht

Anschauen